Blog

La mobilité multimodale crée les conditions d’un nouvel avenir

La mobilité multimodale crée les conditions d’un nouvel avenir

Alors que la circulation commence à être totalement paralysée dans une multitude de villes du monde entier, en raison de l’augmentation du nombre d’habitants et de navetteurs, les pouvoirs publics et le secteur privé se tournent de plus en plus vers la mobilité multimodale pour trouver des solutions. Nous assistons dès lors à un foisonnement d’applications, de technologies et d’idées autour de cette forme de mobilité innovante.

C’était il y a dix ans à peine, même si aujourd’hui nous n’en gardons plus qu’un souvenir lointain : les possibilités de déplacement étaient comptées dans nos cités. Rouler à vélo en ville relevait de la folie pure, les transports en commun étaient usés jusqu’à la corde tandis que des taxis fantomatiques abusaient tant qu’ils pouvaient de leur monopole. Petite avance rapide jusqu’à aujourd’hui : force est de constater l’omniprésence d’Uber, des transports en commun plus efficaces et beaucoup plus modernes, sans oublier une avalanche d’initiatives privées pour le partage de trottinettes, vélos, de scooters et de voitures. Et elles ne sont en fait que la partie émergée de cet iceberg qu’est la multimodalité.

Nouvelles applications

Des entreprises technologiques ont bien compris l’intérêt que les consommateurs portent à la mobilité multimodale et sortent des solutions à un rythme accéléré. Ce printemps, TomTom, Moovit, une application de mobilité, et Microsoft, le géant informatique, ont annoncé qu’ils développent ensemble un planificateur d’itinéraire qui intègre aussi bien les autoroutes et les possibilités de parking que les transports en commun. Par contre, on ignore encore quand cet outil sera mis sur le marché.

À Anvers, l’application Whim permet à ses utilisateurs de réserver un taxi, des tickets de train, des voitures ou des vélos partagés pour un montant mensuel fixe ou un tarif par trajet. En juin, c’est au tour de Berlin de lancer une version pilote d’une application très semblable. Parlons également d’Olympus,une solution "Mobility as a Service" spécialement conçue pour les entreprises belges. Elle permet en effet à tous les employés de payer leurs tickets de transport public, de partage de véhicules (autos, vélos...), de parking, via une application très bien pensée et permettant de générer une facture mensuelle consolidée.

D’après une récente étude de l’emblématique agence PSFK, des plates-formes MaaS (Mobility as a Service) de ce type devraient remplacer chaque année 2,3 milliards de trajets en voiture particulière d’ici 2023.

Nouvelles technologies

Mais les nouvelles technologies aussi ouvrent de vastes possibilités d’améliorer la mobilité multimodale. L’attention se concentre principalement sur l’IdO (internet des objets) et la communication entre les véhicules. Des analyses et données en temps réel peuvent par exemple aider les voitures à échapper aux embouteillages ou diriger leurs conducteurs vers des moyens de transport alternatifs plus rapides en fonction de la situation. C’est au moment où les véhicules autonomes arriveront sur les routes que les analyses en temps réel prouveront véritablement leur utilité.

Nouvelles villes

Partout dans le monde, les villes étudient de nouveaux projets urbains destinés à réduire la circulation et à libérer plus de place en faveur d’autres méthodes de transport. De plus en plus souvent, les bus et les taxis bénéficient d’une voie qui leur est réservée. Londres construit 12 pistes cyclables extra larges et isolées, des « véloroutes », qui la traversent. New York projette de se doter de 2700 km de pistes cyclables d’ici 2030. À Boston, le nombre de gares a été sensiblement augmenté si bien que plusieurs quartiers supplémentaires ont aujourd’hui accès aux trains.

Mais les projets urbains les plus remarquables se retrouvent dans des pays aux économies émergentes, où nombre de villes sont en plein développement. Dans le sud-ouest de la Chine, par exemple, c’est une cité entièrement nouvelle qui se construit juste à côté de Chengdu. Le quartier de Tianfu pourra accueillir 80.000 habitants, il a été aménagé de manière à ce qu’ils puissent se rendre partout à pied en 15 minutes. Les véhicules motorisés ne seront autorisés que sur la moitié des routes. L’autre moitié sera réservée aux piétons et aux cyclistes.

Nouvel avenir

La mobilité multimodale bénéficie à la circulation dans les villes anciennes et nouvelles, mais aussi à l’environnement. Il fera à nouveau bon vivre dans les agglomérations, l’air y sera plus pur et il y aura moins de nuisances sonores. Sans oublier que la mobilité multimodale est susceptible de réduire drastiquement le nombre d’accidents de la route. Les investissements massifs dans ce concept ne doivent donc pas étonner. Ce qui est sûr, c’est que les voitures particulières conserveront une place dans ce nouvel avenir. Même si leur apparence aura probablement beaucoup évolué d’ici là…

Tags

l’avenir de la mobilité multimodale, des applications de mobilité
Contactez-nous
02 706 41 41